ZOOM : mon métier avec les compagnons du devoir
Les compagnons du devoir et du tour de france
onisep
Comparateur

Mes favoris


Retrouvez ici la sélection des métiers qui vous ont intéressé. Comparez les différentes caractéristiques et faites le premier pas en demandant un RDV en ligne avec les Compagnons du Devoir.

1 JE CHOISIS MON MÉTIER
2 JE L'AJOUTE
A MES FAVORIS
3 JE COMPARE
4 je fais mon choix et je
contacte les Compagnons
du Devoir

Retrouvez ici la sélection des métiers qui vous ont intéressé. Comparez les différentes caractéristiques et faites le premier pas en demandant un RDV en ligne avec les Compagnons du Devoir.

Vous avez choisi le métier de CHARPENTIER
imageétape 1
Je m’informe et je choisis mon métier
 
imageétape 2
Je m’inscris et je rencontre
les Compagnons du Devoir
imageétape 3
Je prépare mon placement
en entreprise

Cette étape dure 15 minutes : présentation vidéo, inscription, prise de rendez-vous.

image

ou Je m’envoie le lien et le portrait par email pour continuer plus tard

image

Plus tard je déposerai mon CV pour trouver une entreprise avec l’aide des CDD. Cela est nécessaire pour valider mon inscription de formation en alternance.

 

Maréchal/e-ferrant/e

Ajouter au comparateur
Envoyer à un ami
Télécharger
Imprimer
métier

Qualités :
Attentionné - Disponible - Patient
Salaire :
1 500 € brut/mois. Jusqu’à 3 000 € et + pour un chef d’entreprise.
Niveau de formation :
CAPA Maréchalerie au BTM

Patrick Doffemont,
maréchal ferrant, chef d’entreprise
photo

Son
parcours

carte

J’étais dans un lycée agricole avec l’idée de devenir bûcheron. Mais en 1re, il me semblait que je perdais mon temps, j’ai quitté le lycée pour travailler avec les chevaux. J’ai suivi pendant 2 ans la formation de l’École de maréchalerie de Bruxelles. C’est ensuite que j’ai rejoint les Compagnons du Devoir, où j’ai obtenu mon CAPA de maréchalerie et parcouru la France et le monde pendant 5 ans.

J’aime les chevaux, c’est une évidence et j’avais envie de travailler avec eux. La locomotion du cheval est une mécanique passionnante et l’influence de la maréchalerie sur cette mécanique nous oblige à nous considérer comme apprenti tout au long de notre vie. Une des meilleures manières de continuer à apprendre est d’enseigner. J’ai d’ailleurs, une fois mon Tour de France terminé, enseigné pendant 3 ans au Centre de formation des apprentis (CFA) d’Épône puis au centre de formation en maréchalerie de Beauvais. Aujourd'hui, chef d'entreprise à Château-Thierry, après avoir travaillé, en France, mais aussi en Allemagne, en Pologne, en Irlande et même quelques mois en Mongolie, je continue à m’investir dans la formation, en tant que responsable de l’Institut de la maréchalerie. Pour les confronter à la réalité de notre métier au XXIe siècle, nous formons les jeunes à la gestion, au management et à la communication, des compétences indispensables car la plupart d’entre eux s’installeront à leur compte. Cette double casquette me permet de m’éclater dans mon quotidien avec la certitude non seulement d’apprendre mais aussi d’être utile. Mes expériences en France et à l’étranger m’ont permis de me faire la main sur des types de chevaux très différents. Aujourd’hui, je travaille essentiellement pour des particuliers, propriétaires de chevaux de dressage ou de saut d’obstacle mais aussi pour des écuries de trotteurs de course.

Cet artisan intervient sur les sabots des équidés (cheval, âne…), les protège contre l’usure en posant des fers ou des prothèses.

Schéma des formations des Compagnons du Devoir

schéma